Nuit debout

Il y a bien longtemps que je ne suis venu sur mon blog. J’avais « à faire » ailleurs.
Écrire des trucs à moi : dieu sait si ça prend du temps et de l’énergie. J’en ai encore beaucoup dans le clavier et je n’avais pas l’intention de revenir ici maintenant. Mais les réactions des politicaillons candidats à toutes sortes de primaires et les journaleux du système à propos de gens qui viennent deviser ensemble sur les places publiques et dire ce qu’ils pensent, ces réactions fielleuses ou méprisantes, m’y contraignent.

Je ne citerai pas de noms, chacun reconnaîtra les siens.

Celui-ci est profondément choqué qu’on ait d’un côté l’état d’urgence, et que de l’autre on tolère ce type de rassemblement.

Celui-là souhaite qu’il n’y ait pas de dictature de la minorité – que chacun mérite l’écoute, le respect, mais pas la dictature.

Mais qui dit que ceux qui viennent s’asseoir la nuit sur les places publiques pour essayer de comprendre ensemble où en est le monde dans lequel ils trempent, qui dit qu’ils ne représentent qu’une minorité et qui dit qu’ils brandissent seulement l’ombre d’une dictature ?
Qui dit cela, sinon ces tenants qui ne supportent pas que l’on s’assoit dans leur pré carré de peur que l’on vienne grignoter leur fromage ?

Et cet autre – à y regarder de plus près,  nous dit dans son journal :
Sont là, sur le pavé, les habitués de la contestation : intellectuels en mal de publicité, syndicalistes en mal d’audience, étudiants attardés, « zadistes » de passage entre Sivens et Notre-Dame-des-Landes, altermondialistes, mal logés, intermittents du spectacle… Tous disent vomir les patrons et le capitalisme, militent pour un salaire à vie et la mise hors-la-loi du chômage. L’éternelle antienne.

À y regarder de plus près, à y regarder de plus près ne serait-ce pas plutôt ces thuriféraires de la « réalité réelle » et de l’irréversible sens de leur histoire, ne serait-ce pas ceux-là qui entonnent l’éternelle antienne ? Ne serait-ce pas ceux-là, politicaillons fripés, journaleux chauves du dedans, assis sur leurs kératoses qui roulent en corbillards ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>