Mélenchon a raison

En passant

Ce matin, comme chaque matin, j’écoutais le 7-9 de France Culture, tranquille au lit.  L’invité était Jean-Luc Mélenchon qui s’est notamment accroché avec Brice Couturier. À l’écoute de la polémique, je me suis levé d’un bond et j’ai crié :

Mélenchon a raison … Couturier est un petit con !

Le débat a un moment porté sur le fait que, contrairement à ce que soutenait Couturier, le problème de la compétitivité portait moins sur le coût du travail que sur celui de la prédation du capital. Pensons que les dividendes attribués aux actionnaires oscillent entre 12 et15% (alors que le livret « A » perçoit 1,25% – ça c’est moi qui le note). En vérité, le montant des dividendes versés dépasse le double du montant des investissements productifs. Et Couturier, ce faux cul de droite qui se présente en observateur expert, objectif et neutre, continue, comme tous les petits technocrates merdouillards, à prêcher l’austérité qui nous a mené où nous sommes.                                                                             Voilà en quoi il est, comme tous les lèche-culs du capital de son espèce, selon la théorie de conologie générale, un petit con.

À la fin des années 40, en même temps que « Pour en finir avec le jugement de Dieu » d’Antonin Artaud aux éditions K, un petit livre intitulé « les .ons » a paru. À l’époque on ne pouvait pas publié le mot entier. Ainsi, pour la même raison, « La P. respectueuse » de Jean-Paul Sartre. Je me rappelle que ce traité de conologie plaçait le monde entier dans un cône.                                                                                                                                         À la base de celui-ci, les cons finis de loin les plus nombreux sans le moindre sens pratique avec un embryon de sens moral issu de la sagesse des Nations.                                  Juste au-dessus, les pauvres cons un peu moins nombreux avec un peu de sens pratique et un sens moral déjà plus élaboré.                                                                                    Encore au-dessus, les braves cons moins nombreux ayant un sens pratique limité mais un sens moral de haut niveau.                                                                                                       Au-dessus, les petits cons notoirement moins nombreux, prêt à toutes les compromissions avec un sens pratique développé et sans vraiment de sens moral.                                         Enfin, tout en haut du cône, à la pointe, les sales cons très peu nombreux que rien n’arrête, doués d’un sens pratique d’une efficacité redoutable et sans le moindre sens moral.                                                                                                                                  L’auteur, idéaliste, plaçait aussi en équilibre sur la pointe du cône une sphère contenant les artistes autour de laquelle gravitait un anneau abritant les génies.

Il se peut qu’il y ait des lacunes ou des approximations dans ce dont je me souviens. Quoi qu’il en soit, je ne crois ni à la sphère ni à l’anneau. Je m’en tiens au cône, en ce qui me concerne.

Voilà pourquoi Brice Couturier est un petit con : il n’a ni les moyens intellectuels ni l’entregent pour se pousser jusqu’à devenir un sale con.                                                             Ainsi se rangent dans cette catégories tous ces omniprésents, ces Couturier, ces Finkielkraut, ces Meyer, ces Bourlanges, ces Gallo, ces Calvi et autres chimpanzés des médias.

Je ne suis qu’un vieillard enfoui dans sa campagne profonde, mais j’appelle de mes vœux une gigantesque manif (un peu plus justifiée à mon goût que la dernière en date) à qui je dédie ces slogans :

Mélenchon a raison                                                                                                    Couturier est un petit con !

Bougeons-nous un peu le fion                                                                                                        À la trappe les petits cons !

À vous d’en trouver d’autres et plus savoureux.