Toujours jamais

Quoique je n’ai jamais eu de préférence pour le sexe de ma descendance j’ai toujours préféré les filles. Il n’y a pas contradiction en ceci : qui a quelque peu trempé dans le Talmud peut comprendre cela, ce qui n’est pas mon cas. Je n’y suis d’ailleurs pas pour grand chose. Il arrive que l’on puisse nager dans des eaux dans lesquelles on ne trempe pas. Il n’y a rien à redire là-dessus.

 

Maltraitance

Espérons que ce n’est qu’en ce cas. Les femmes sont maltraitées (très traitées mal) dans les films pornos. Elles doivent sucer une bite juste sortie de leur cul et, avec un visage épanoui, montrer qu’elles sont ravies d’avaler ce qu’il en sort. Carrément dégueulasse, bonjour les bactéries !

Un petit homme maigrichon, glabre à la peau pâle et diaphane, me susurre à l’oreille :

« Vous ne connaissez donc pas la coprophagie ?

Quand je serai de retour à la maison, je regarderai dans le dictionnaire ce que ça veut dire.

La Lune

Hier, le 17, c’était pleine lune. J’aime à la regarder quand elle est pleine : ses yeux, son nez, sa bouche et son petit air pencher côté tendresse. Je l’ai souvent contemplée, non avec l’envie de lui rendre visite, Dieu m’en garde, juste pour lui envoyer ma sympathie amoureuse en remontant le long d’un de ses rayons. Avant d’habitude, quand elle était pleine, elle souriait.

Déjà quand les Ricains l’ont visitée comme on sait, et que depuis ils lui ont envoyé tout un tas de leurs trucs, j’ai eu l’impression qu’elle avait cessé de sourire. Quand les Ruskofs ont envoyé leur bazar, des rides profondes se sont creusées à son front, m’a-t-il semblé. Mais depuis que les chinetoques s’y sont mis, c’est certain, elle fait carrément la gueule. Pour sûr, c’était le cas la nuit dernière. J’ai même cru apercevoir du jaune dans ses yeux.

Elle ne méritait pas ça. De mon point de vue : on devrait lui foutre la paix.

.

 

Lahouria

Pardonnez l’indécence, mais si je n’ai pas écrit depuis tout ce temps, c’est  pour cela qui arrive et vous traverse le corps comme la foudre.

Début mai, de retour de notre cure à Dax, tout va bien. Puis, Lahouria ressent un petit essoufflement à la marche.  En moins de 15 jours, radio des poumons inquiétante, scanner, hospitalisation à Meaux, scanner 2, fibroscopie 1, fibroscopie 2. Le diagnostic tombe : cancer des poumons (terme technique : lymphangite carcinomateuse avancée). Elle ne fumait pas pourtant.

Sa première chimio a débuté le mercredi 19 juin à l’hôpital de Montereau. Elle est morte dans la nuit du 26 au 27 juin d’un cancer fulgurant en moins de 6 semaines.

Voilà c’est tout.