Les territoires de Lahouria
Accueil
Le Voyage
Le Coeur
Les Joies de Vivre
Les Amis
Les Ecrits
Les Mots
 

 

   

Les territoires de Lahouria

Le voyage
Beaucoup de nos amis nous disaient inséparables, comme vivant en symbiose. Ils ne pouvaient nous penser l’un sans l’autre. Il est  vrai que nous étions souvent en empathie : l’un ressentait ce que l’autre vivait. Je n’en dirais pas plus pour éviter de tomber dans le pathos.
Cela tient peut-être au fait que nous avons eu – non pas le même parcours dans la vie – mais  des moments clés assez semblables.
Par exemple, elle comme moi, nous avons eu une enfance pauvre pour ne pas dire miséreuse. Elle comme moi nous avons été très tôt orphelins de père. Elle comme moi, nous avons eu une mère courageuse qui s’est battue contre l’adversité pour élever ses enfants. Elle comme moi, il nous a fallu serrer les dents pour nous en sortir et parvenir où nous sommes arrivés.
À lire ce qui va suivre, on pourra mesurer toute l’énergie qu’elle aura déployée pour parvenir à réussir sa vie. Elle n’a pas hésité à faire tous ces « petits boulots » pour pouvoir poursuivre ses études. Et on verra que, même ceux qu’elle a choisis alors étaient toujours, de quelque façon, au service de l’autre.

*

Elle est née le 16 novembre 1955 à Bayeux d’une mère normande et d’un père algérien qui avait, en 44/45, fait la campagne de France dans la 2ème DB de Leclerc.
Revenu à la vie civile, il avait trouvé difficilement du travail sur des chantiers ambulants qui refaisaient les routes.
Dans ces années, on avait beau être un algérien français qui a fait la guerre pour la France, on n’en était pas moins un arabe et c’était le seul genre de boulot qui soit bon pour un arabe.
Après plusieurs jours, voire des semaines en chantier, quand il rentrait, ivre le plus souvent, il battait sa femme et lui gonflait le ventre. Il y en eut six de survivants, Un garçon et 5 filles. Elle était l’avant dernière.
Le père fut poignardé à mort dans un bistrot de Caen par un individu d’extrême droite qui ne fut pas inquiété. Elle avait 11 ans. Alors la mère dût trimer pour nourrir sa nichée de 6.