Les territoires de Lahouria
Accueil
Le Voyage
Le Coeur
Les Joies de Vivre
Les Amis
Les Ecrits
Les Mots
 

 

   

Les territoires de Lahouria Les territoires de Lahouria

Photos des amis -Bichette - Angela - Claudine

 

Bichette

Le plus facile, et peut-être le plus juste, serait de dire comme Montaigne « parce que… ».
Difficile de préciser ce qu’a été un amour, une amitié.
J’ai tout de suite aimé Iaia, son côté nature, sans affèterie. Quand je pense à elle, j’entends d’abord son rire, plein, entier, charnel, gouleyant, réjouissant … et qui contrastait de façon étonnante avec son côté discret et pudique, à ce qu’il me semble. Parfois un peu de tristesse dans son beau regard. Pour moi, mystère et c’est bien comme ça : jardin secret.
Bien sûr ce qui nous rapprochait aussi c’était notre amour pour deux copains de longue date, deux « vieux messieurs » qui n’en étaient pas à nos yeux.
Elle avait beaucoup d’admiration pour toi, Émile – ça elle me l’a dit.
Elle m’épatait par sa volonté constante de progresser, d’étudier, de prendre des responsabilités – et tout ça sans faire de bruit … (moi qui suis plutôt grande gueule surtout quand j’ai un coup dans le nez !).
On sentait qu’elle s’intéressait vraiment aux gens en général. Elle écoutait beaucoup les autres sans chercher à se mettre en avant, alors qu’on sentait chez elle aussi une très grande force (trop ?)
Pour moi, Lahouria c’était de que j’appelle une « belle personne », à tous points de vue. Et c’est très rare, les belles personnes !
On a passé de bons moment ensemble, à Pennarun, à Vimpelles (votre mariage notamment, beau souvenir, avec sa maman, le gars Pierre …).
Iaia a réjoui et rejouit encore mon cœur quand je pense à elle … avant de me mettre à pleurer.
Je ne me fais pas à son absence. Pas plus qu’à celle de Jean-Marie (6 ans déjà le 18 janvier).
Alors to … toi, je t’embrasse.


Bichette