Les territoires de Lahouria
Accueil
Le Voyage
Le Coeur
Les Joies de Vivre
Les Amis
Les Ecrits
Les Mots
 

 

   

Pourquoi moi ?!
Deux petites larmes discrètes coulent le long du masque de l’angoisse.
Pourquoi moi ?!
Oui pourquoi elle ?!
Elle si vivante,
Elle si attentive à l’autre, à l’écoute, prête à aider, à rendre service,
Elle au rire clair et franc,
Elle si sensible, généreuse, unique,
Elle cet être précieux.
Oui, vraiment pourquoi elle ?!
Pourquoi cette maladie fulgurante, cette ignoble injustice ?
Pourquoi elle à 57 ans ?!

Début mai, de retour de notre cure à Dax, tout va bien. Puis, elle ressent un petit essoufflement à la marche. En moins de 15 jours, radio des poumons inquiétante, scanner, hospitalisation à Meaux, scanner 2, fibroscopie 1, fibroscopie 2. Le diagnostic tombe : lymphangite carcinomateuse avancée.
Sa première chimio a débuté le mercredi 19 juin à l'hôpital de Montereau.
Elle est morte dans la nuit du 26 au 27 juin, d'un cancer fulgurant en moins de 6 semaines.

Merci à vous d’avoir été là quand elle est redevenue poussière, aussi à vous qui ne pouvaient y être par le corps mais qui y étaient par le cœur, et à tous qui avez une pensée vers elle. Elle était aimée et appréciée tant dans sa vie sociale et relationnelle que professionnelle. Beaucoup de ses collègues témoignent de son sérieux et de son ouverture d’esprit. Elle arrivait souvent fatiguée le soir à la maison. Et même parfois en pleurs devant les difficultés, les résistances, les controverses rencontrées. Mais tenace et courageuse, elle continuait malgré tout à faire évoluer les choses comme elle pensait que ce devait être.

Au fond, elle était enjouée de nature. Elle avait un magnifique rire en « A ». Elle  était vive, spontanée, créative. Elle aimait le chant. Elle aimait la danse. Elle aimait voyager. Elle aimait marcher avec moi pour de longues promenades dans notre campagne ou en vacances.
Mais, surtout elle était généreuse, dévouée, attentive à l’autre. Elle savait écouter. Sensible aux difficultés, aux malheurs des gens, notamment dans son activité de travail social.

Que dire de plus ? Elle ne méritait pas cela, pas cette horreur. Il n’y a rien de plus injuste au monde. Oui, c’était un être précieux. C’est un être précieux. Le plus précieux qu’il m’est été donné de rencontrer dans ma vie. Il ne me reste plus d’esprit et de forces que pour m’occuper d’elle, je veux dire de ce qui me reste d’elle.

Ce site est pour vous qui venez visiter.
Bienvenue à vous.

Mais il est aussi pour toi, mon amour, pour toi, pour que tu sois encore parmi nous, avec nous … encore.
Il parlera de ton voyage du ventre de maman à cette poignée de cendre,
de ton cœur ouvert à l’autre,
de tes paysages : ta joie de vivre, tes amis, tes écrits.

 N'attendons pas qu'il pleuve:

Musique - Interprétation : Jean-Baptiste Farraigue /Paroles: Emile Noel