Les territoires de Lahouria
Accueil
Le Voyage
Le Coeur
Les Joies de Vivre
Les Amis
Les Ecrits
Les Mots
 

 

   

Les territoires de Lahouria

Le temps de l’enfance
Quelques bribes venues d’une sœur ainée. La gomme du déni est passée par là pour effacer sans doute des souvenirs trop désagréables :

De trois à quatre ans pratiquement pas de souvenirs.
Un peu plus tard, de Bayeux place du marché où nous habitions une vieille maison avec son escalier en colimaçon  nous partions à vélo jusqu'à la mer, Asnelles. Tout le monde est là : la grand mère Mauger, le père, la mère, Annick, Bachir, Mélika et sur les portes bagages les plus petites Myriama et Lahouria.

Nous les enfants, il arrivait que nous nous interposions entre le père et la mère. Mais surtout dans cette maison, c'était pratique ! Nous pouvions nous réfugier dans la cave avec les petites quand le père rentrait ivre.

Lahouria allait à la petite école place aux pommes, nous nous allions à l'école catholique, aussi au patronage : on participait aux activités du jeudi.

La mère tricotait, nous portions d'ailleurs toutes le "même" tricot.

Vers l'âge de sept ans :
Nous avons déménagé à Caen, rue Armand Marie, dans des bâtiments en bois sans aucun confort.
Le seul souvenir et encore pas bien clair, c’est une bagarre au couteau et la mère qui se fait tabasser par une femme.

Page 1 - page 2